Graphologie 05

Irène DECARNIN - Graphologue professionnelle diplômée FedeR.H Paris

Membre du Syndicat Européen des Graphologues Professionnels

Analyse privée pour une orientation

Cet exemple est un cas d'école, il ne concerne pas des demandes réelles. Aucune analyse n'est publiée sans autorisation.

Jeune homme, 17 ans, étudiant en histoire.

I - Etude technique

Observation globale

Dans un espace largement envahi, sans aération, grand écriture qui s'étale avec de grands traits impérieux mais s'étire aussi en haut et en bas, progressant avec autorité dans un élan parfois freiné.

Définition

Ecriture grande, surélevée, prolongée haut et bas, noire, compacte avec des enchevêtrements, des traits lancés qui obturent l'espace graphique (barres de t, du I majuscule, f doublement barré, soulignements et surlignements).
Trait appuyé avec des allègements, fin à nourri, pâteux avec des pochages, de l'engorgement, conduite du tracé tendue,
Ecriture conventionnelle, anguleuse, régulièrement inclinée, formes hyperstructurées avec des boucles, des enroulements superflus, ou des bizarreries,
Hyperliée, avec liaisons dans la zone haute,
Mouvement propulsif, écriture lancée, avec du barré, des retenues.
Lignes sinueuses, ou concaves ou convexes.
Des gonflements (certains oves, hampes ou quelques jambages) et des étrécissements,
Des grossissements et des gladiolements,
Des barres de t massuées ou acérées ou avec un crochet régressif, cruciales, surélevées.
Des annelages, des p en pince, des combinaisons, petits lassos à la base des lettres, des rebours, des jointoiements.
Des finales courtes,
Des départs de mots en diagonales.
Une rature, une retouche, des gros points.
Marge gauche absente puis petite, marge droite inégale, parfois grande. Tirets en guise d'alinéas.

Syndrômes

1/ Ecriture grande, surélevée, prolongée haut et bas.
Barres de t cruciales, surélevées, massuées, t ou f doublement barré. Rebours.

=> Inflation du Moi avec désir de se surpasser et surpasser les autres.
Besoin de dominer et de se faire admirer.
Indépendance, domination. Tenace, obstiné, impérieux.

2/ écriture aux formes hyperstructurées avec boucles, enroulements, des bizarreries, compacte avec enchevêtrements. Hyperliée avec liaisons en zone haute.
Hyperliée + tension + compacité. Ecriture trop dense, sans aération.

=> Le Moi se barricade et s'enferme dans ses positions.
Jugement faux. Aspect brillant de l'enchaînement des idées mais tendance à s'éloigner de la réalité.
Volonté d'aboutir qui va jusqu'à l'obstination, l'entêtement.
Etroitesse du jugement, fermeture d'esprit, manque de recul et d'objectivité.

3/ Pochages, engorgement, retouche, rature, gros points.
Pression forte, lancements, traits qui obturent, envahissent l'espace graphique, écriture anguleuse, barres de t acérées.
Grossissements et gladiolements. Gonflements et étrécissements. Marge droite inégale, plutôt grande.

=> émotivité, anxiété, réactivité, impulsivité. Méfiance et agressivité défensive.
Comportement imprévisible avec les autres, tantôt réceptif, tantôt fermé. Elan et réserve.

4/ Trait appuyé, mouvement barré, écriture inclinée, combinée, anguleuse, des annelages, des p en pince, petits lassos, lignes sinueuses ou concaves ou convexes, écriture conventionnelle, trait pâteux, peu aéré entre les lignes, acérations.

=> Offensif, pugnace, veut réussir. Affirmation, ténacité, savoir-faire, habileté intellectuelle, esprit inventif, faculté de rebondissement.
Activité, goût de l'effort, du défi.
Désir d'une bonne assise sociale. S'adapte, bon gré mal gré. Se reprend en mains.
Le flair peut compenser sa subjectivité et sa partialité.

Observations concernant les théories psychanalytiques

Freud

Analité
Idéal du Moi
Motivations phalliques
Sentiment d'infériorité surcompensé (Adler)

Jung

Extraversion
Sensation / Sentiment

Interprétation psychanalytique

Tendance paranoïaque

II - Portait

Le scripteur subordonne toute sa vie à une éthique, celle du surpassement : se montrer supérieur à soi-même et être plus haut que les autres.

Offensif, pugnace, il se met continuellement au défi de faire quelque chose. Il veut réussir, triompher de lui-même et des obstacles.
Sans complaisance, il est intransigeant et prisonnier des exigences qu'il s'impose.
Tenace, convaincant, il n'a pas peur des responsabilités. Il a besoin de dominer et de se valoriser.

Mais en contre partie, cela l'entraîne dans une spirale de réactions négatives.

A force de vouloir être le meilleur pour répondre à un sentiment d'insuffisance, à une certaine anxiété, il n'aime pas être critiqué. Méfiance et agressivité défensive deviennent alors un rempart que son amour-propre et sa susceptibilité érigent pour ne pas être mis en échec.
Aussi ses relations avec les autres sont-elles imprévisibles : il peut se montrer aussi bien réceptif que fermé à tout contact.

A force également de vouloir aboutir, il va jusqu'à l'obstination, l'entêtement. Il se barricade et s'enferme dans ses positions. Il fait alors preuve d'étroitesse de jugement, fermeture d'esprit. Il manque de recul et d'objectivité. Son jugement peut être faux. Il a tendance à s'éloigner de la réalité.

Exigences pour soi, pour l'entourage, méfiance et grande susceptibilité : le caractère du scripteur n'est pas facile, et sa relation avec les autres n'est ni souple ni toujours très bien adaptée.

D'un autre côté, il mobilise son énergie, redouble d'efforts pour "maintenir l'estime de soi et gagner l'approbation des autres" (Amzallag, Bissara, dans "L'écriture surélevée"). Et ceci est en soi positif.

Pour compenser sa subjectivité et sa partialité, il peut user de son flair.
Par ailleurs, il est doué intellectuellement. Brillant dans l'agencement des idées, il a de la facilité à enchaîner ses raisonnements.
Il est habile, a l'esprit inventif et une bonne faculté de rebondissement. Ayant beaucoup de savoir-faire, intelligent et raisonneur autant que motivé et ambitieux, il compense ses difficultés de caractère par une réussite intellectuelle.
Maintenant ainsi une position de supériorité, il peut garder une bonne estime de soi.

Indépendant mais soucieux de s'intégrer dans la société, il s'adapte, bon gré mal gré, se reprenant en mains quand il le faut. Il maintient le cap en dépit de son anxiété latente, de son émotivité, parce qu'il a besoin de sécurité. Et il ne la trouve qu'en passant par une éthique exigeante.
Présence, impact, autorité, le scripteur s'affirme pour empêcher le doute de remettre en question ses certitudes, et par là son équilibre intérieur.